Version imprimable

:: Traitement des eaux usées de la commune de Ninh Hiep (2011-2013)

 

Contexte historique :


En 2008, du fait d'une nécessité croissante de traiter les eaux usées des villages, EAST Vietnam s'est intéressé à la construction d'un DEWATS (DEcentralized WAstewater Treatment System), système n'utilisant pas d'énergie, étant capable de traiter les eaux usées d'un quartier. Après quelques modifications, ce système était totalement opérationnel en 2011 et traite les eaux usées de quelques 70 foyers.

Suite à ce projet, la Région Ile de France souhaitait, en collaboration avec le district de Gia Lam et EAST Vietnam, mettre en place un projet pilote de plus grande envergure : ainsi est née l'idée de construire une "petite" station communale de traitement des eaux usées, une grande première en milieu rural au Vietnam.

Il est bon de rappeler qu’au cœur même de la capitale du Vietnam, les infrastructures dans le domaine de l’assainissement sont encore trop peu développées. A Hanoï, depuis 2004, seules 3 stations ont vu le jour, celle de Thang Long, celle de Kim Liem et celle de Truch Bach (respectivement 35 000, 3 700 et 2 300 m3/j) dont seulement une fonctionne normalement (Thang Long).

 

Choix de la commune de Ninh Hiep :                        

Au début de l’année 2011, l’équipe d’EAST Vietnam a effectué des visites de terrain dans différentes communes de Gia Lam afin d’en trouver une regroupant l'ensemble de critères essentiels pour la réalisation d’un tel projet :

·  L’existence d’un dispositif de collecte et d’évacuation de l’ensemble des eaux usées domestiques de la commune : en effet, généralement, au Vietnam, une fois « prétraitées » par un système de traitement individuel (fosse septique, en général), les eaux usées stagnent dans des canaux à ciel ouvert et sont rejetées en différents points dans le milieu naturel, 

·  La concentration des rejets d’eaux usées en quelques points principaux de la commune,

·  La disponibilité d’un terrain dont la surface soit suffisamment grande pour y accueillir une station de traitement et dont la localisation soit proche du point de rejet principal.

Au Vietnam, peu de communes regroupent l'ensemble de ces critères, c'est pourquoi la commune de Ninh Hiep semblait être la mieux placée pour bénéficier ce projet.

 

 

 

Image
Carte de Ninh Hiep

 

 

9 villages pour une population totale d'environ 16 000 habitants. Les 2 exutoires principaux (point rouge sur la carte ci-dessus et photos ci-dessous) concentrent environ 80% des effluents de 7 villages (2 villages n’appartenant pas à ce bassin versant).

Actions :

 

            • . Etude de débit : pour obtenir une estimation du débit de projet
  • . Etude sociologique : évaluer le comportement et les besoins des différents habitants de la commune concernant le traitement des eaux domestiques
          • . Carte du réseau : le bureau d'étude a pu se baser sur ce document technique pour le début des travaux
          • . Etude topographique : connaître la topographie du réseau pour déceler les zones de dépots

 

 

Résultats :


Les données recueillies ont permis d'élaborer le document technique "Termes de Référence" permettant de réaliser l'appel d'offre concernant la construction d'une station de traitement des eaux usées d'un débit journalier de 1 200 m3/j pour une population concernée d'environ 13 000 habitants.

 

 

 

Image
Exutoire

 

 

Complications :

 

·   Début mars 2012 : lors d'une visite de terrain, EAST Vietnam a constaté qu'un chantier de construction d'une zone de relogement était en cours, à l'emplacement initialement prévu pour l'implantation de la future station.

·   Mi mars 2012 : la réunion pour signer l’accord de partenariat entre la Région Île de France et les différents partenaires vietnamiens a permis de soulever un problème de communication important, la commune proposait de mettre à disposition une surface de 350 m2 alors qu’en réalité un minimum de 3 500 m2 est nécessaire.

·   Avril 2012 : la décision de prendre en compte les rejets d’eaux usées de la nouvelle zone de relogement, ainsi que les rejets secondaires, qui représentent des débits non négligeables, a été prise.  

·   Début mai 2012 : la réception de devis pour réaliser les travaux a permis à EAST Vietnam de ré-estimer le coût total des travaux à 30 milliards de dongs, soit 1 à 1,2 million d’euros, au lieu de 500 000 euros initialement prévus.

.   Septembre 2013 :  étude faisabilité, prélèvement d'échantillons d'eaux usées, les systèmes de traitement étant différents des pays européens celles-ci s'est avérée peu élevée. 

.   Juillet 2013 :  tournant politique, fin de l'implication d'EAST Vietnam en tant que consultant pour la région Île de France dans ce programme.